Si la relation est le symbole le plus abouti de la notion de partage, un des ses pendants négatifs peut-être illustré par la co-dépendance. Celle-ci entraîne les deux êtres dans un nivellement par le bas. Lorsqu’un couple est basé sur le partage, la communication entre deux personnes indépendantes et engagées, il ouvre un espace au sein duquel les amants peuvent grandir et de s’épanouir. A l’inverse, dans une relation de co-dépendance, l’un des partenaires se porte en sauveur de l’autre, et sacrifie sa personne, ses ressources, pour être aimée et acceptée. La relation se mue alors en caisse de confinement, là où elle devrait être une chambre de résonance. Plusieurs signes peuvent vous aider à déterminer si votre relation est de nature co-dépendante, et donc si vous vous autorisez ou pas à être totalement vous-même au sein de votre couple.

 

Votre relation implique-t-elle des sacrifices ?

Si le couple peut parfois exiger de vous des compromis, des ajustements, il n’est pas question de sacrifice.

Si le compromis a pour conséquence de chercher à satisfaire les deux partis, le sacrifice nie totalement les envies d’une des deux personnes (et parfois des deux). La notion de sacrifice implique l’idée qu’au moins un des deux amants doit se faire petit pour que le couple puisse grandir, ou simplement, en général, survivre. Le couple n’est donc plus une combinaison d’envies et de partages, mais une entité à part entière devant lequel il faut se soumettre.
En plus des désavantages évidents que cette situation produit, niant la personnalité des personnes, elle aboutit à la cristallisation de l’idée qu’on se fait du couple. Votre couple est unique en cela qu’il est une co-construction entre deux êtres uniques. Ces êtres évoluant perpétuellement, le couple se doit d’être assez souple pour répondre à ces changements et s’y adapter (et non l’inverse). Lorsque la relation est vécue tel un sacrifice, elle fait naître une idée du couple qui n’appartient profondément ni à l’un, ni à l’autre. Basée sur ce que l’on pense qu’un couple se doit d’être, la co dépendance fige les normes, les valeurs, les fonctionnements et les règles à respecter, pour que le couple ne souffre d’aucune instabilité. Déconnecté de la réalité dans laquelle baignent les deux amants, le couple devient alors un poids qui n’appartient finalement à personne et qui génère et perpétue la souffrance.

 

Vous est-il difficile de dire non lorsque votre partenaire vous demande de lui accorder du temps et de l’énergie?

La co-dépendance devient palpable lorsque l’idée de dire non à votre conjoint vous est difficile voire impossible. Même dans des situations banales et sans grandes conséquences, vous préférez nier qui vous êtes pour satisfaire aux « désirs » et besoins de votre conjoint. Que ce soit pour éviter un conflit, ne rien avoir à vous reprocher ou encore ne pas être taxé d’égoïsme, cette façon de voir les choses ne fait qu’accumuler de la frustration en vous et constitue un poids qui vous fait ressentir que vous n’êtes pas libre. En réalité vous l’êtes, vous n’osez pas et ne pouvez plus affirmer cette liberté en disant « Non », « J’ai besoin d’espace pour moi », « J’ai besoin de satisfaire mes envies », tout simplement exprimer ce dont vous avez besoin.

Il s’agit là de besoins essentiels à l’être humain, et non de caprices adolescents. Répondre à ses besoins et envies propres constitue l’engrais sur lequel votre personnalité va s’épanouir. Pour dire « oui » à ce qui se passe en vous, il faut que vous commenciez à apprendre à dire non à ce qui se passe à l’extérieur. Ceci peut être une règle de vie. Dites « non » une fois, ne serait-ce que par curiosité, et voyez ce que cela produit en vous et dans votre couple. Lorsque l’on s’est affirmée une fois, on y prend goût !

 

Remarquez-vous que vous cherchez à fuir certaines situations en vous protégeant derrière une addiction (travail, sport, internet…)

Cette addiction a l’avantage d’occuper un espace que vous craignez de laisser vide. Un espace vide peut faire émerger n’importe quoi, et notamment des vérités difficiles à accepter, des discussions au cours desquelles vous pourriez laisser s’échapper les mots qui vous pèsent sur le cœur.
Autant dire que les silences et les espaces vides sont des « parenthèses dangereuses » pour qui souhaite se cacher. Que cela soit Facebook, les jeux-vidéos, le travail ou toute autre activité, à partir d’un certain seuil de temps passé à s’y consacrer, ces activités constituent des fuites. Allant de pair avec cette addiction, vous tâchez de contourner les moments de flottement ou d’imprévus qui pourraient surgir entre vous et votre compagnon.

Lorsque vous dînez ensemble, vous préférez le faire avec la télé allumée, lorsque vous êtes en voiture, la radio vous rassure etc… Cette pression due à la rétention des vérités qui vous habite pèse sur votre corps. Vous consacrez une énergie folle à vous dissimuler, des douleurs apparemment sans causes apparaissent, vous vous sentez constamment fatiguée. Dormir est d’ailleurs devenu pour vous un moment sacré au cours duquel vous pouvez entièrement vous dédier à vous-même, sans que personne n’exige rien de vous. On peut éviter les sujets qui fâchent pendant des années, jusqu’à ce qu’un jour, ils explosent sous une forme ou sous une autre : un accident, une maladie, un pétage de plombs ou sous la forme de ces disputes incessantes pour RIEN. Toujours repousser à plus tard ce qui vous effraie, c’est prendre le risque de tout voir s’écrouler lorsque votre vérité, et celle de votre conjoint, surgit au grand jour.

A l’inverse, distiller en temps réel les émotions et sentiments qui vous traversent permet à votre conjoint et donc à votre couple de s’adapter de façon douce et fluide à votre réalité, et de la co-construire en fonction de ce qui compte vraiment pour vous et chacun d’entre vous.

 

Vous inquiétez-vous constamment de l’opinion d’autrui ?

Cette impression peut révéler chez vous une volonté de vivre votre couple tel qu’il est communément admis et non tel qu’il vous conviendrait vraiment à vous. Cela peut également signifier que vous n’assumez pas totalement la manière avec laquelle vous vivez votre relation. Dans les deux cas, tachez de vous rappeler que votre conception de ce que doit être un couple vous est propre. Lorsque certaines personnes considèrent qu’un couple se doit d’être un espace de stabilité, d’autres n’envisagent pas de relation sans que celle-ci soit vectrice de folie. L’idée que vous vous faites de ce que devrait être un couple n’a donc que peu d’importance.

« Ce que vous souhaitez profondément vivre », C’est justement ce dernier point qui vous donne l’indication la plus claire sur la direction qu’il vous faut emprunter. Cessez donc de penser à ce que devrait être un couple pour pouvoir l’assumer aux yeux de vos proches et redirigez votre énergie sur ce que vous aimeriez vivre au sein de VOTRE couple. La fatuité qui résulte de l’envie de plaire aux autres ne nourrira jamais réellement votre être, ni ne résoudra votre manque de confiance. La véritable richesse se trouve dans votre capacité à matérialiser et vivre en cohérence, en authenticité avec la personne que vous êtes. L’importance accordée au regard d’autrui s’estompe alors de lui-même ; une certaine jouissance peut même naître de l’idée de faire vos propres choix, qui peut être troublent vos proches, mais VOUS remplissent intérieurement. S’affirmer c’est la clé.

 

Vous craignez que votre conjoint se sente trahit

Que ce soit pour des détails insignifiants ou de plus larges décisions, vous avez l’impression, lorsque votre choix se base sur vos besoins et vos envies, de trahir votre conjoint. Comme si, en décidant de former un couple, vous aviez signé un contrat qui stipule que vous jurez de ne jamais décevoir votre amour. Bien mal vous en a pris car vous n’accéderez jamais à votre joie profonde sans accepter de heurter de temps en temps la sensibilité des êtres que vous aimez. Cette volonté de ne jamais contrarier les attentes de votre conjoint nie littéralement votre nature, qui elle, est en constante évolution. Vos désirs, vos rêves et votre personnalité toute entière sont en perpétuel mouvement. L’impression que vous vous devez d’être fidèle à celle que vous étiez lorsque vous vous êtes rencontré va donc à l’encontre du mouvement de votre vérité. Il s’agit donc, d’une certaine façon, d’accepter, puis d’affirmer, les mises à jour que la vie opère sur vous. Vous étiez casanière il y a 2 ans et vous n’aspirez plus aujourd’hui qu’à vous lancer dans un grand voyage ? Vous meniez une vie de fêtarde, vous étiez toujours entourée d’amis, mais aujourd’hui vous rêvez de vous recentrer sur vous, envisager une retraite seule et en silence fait naître en vous une plénitude longtemps espérée ? Qu’à cela ne tienne, ces apparentes contradictions ne font que confirmer votre condition d’être humain.

 

De façon plus prosaïque, quelques signes, dont vous avez certainement déjà connaissance, soulignent sans ambiguïtés que vous disposez, ou pas, de la pleine liberté d’être vous-même au sein de votre relation. Tournez-vous toujours la tête vers votre conjoint lorsqu’il s’agit de prendre une décision ? Avez-vous l’impression d’être plus grande ou de vous rapetisser lorsque vous êtes à ses côtés ? Avez-vous réalisé avec votre chéri des envies que vous n’aviez jamais pu faire aboutir avant cela ? Les plans pour l’avenir que vous dressez ensemble vous font-ils vibrer ou sont-ils le résultat de concessions qui ne font naître en vous qu’un simple « Pourquoi pas » ?

Sachez que votre liberté née dans un premier temps de votre capacité à exprimer vos besoins, vos désirs, vos valeurs et plus largement, votre personnalité, ce qui vous rend unique. Ce premier pas vers vous-même peut-être amorcé à n’importe quel stade de votre relation. Il n’est donc jamais trop tard pour s’affirmer. Cette volonté provoquera évidemment au sein de votre couple des vagues et des frictions, souvent dues à la surprise, à la nouveauté.

Néanmoins, la richesse et l’énergie qui s’éveillera en vous, par le simple fait d’être en accord avec ce que vous êtes et faites, décuplera la confiance que vous vous portez et l’envie de poursuivre sur cette voie. Plus vous vous affirmerez, plus les ressources nécessaires se débloqueront. Similaire à un irrépressible effet boule de neige, votre volonté de respecter ce que vous êtes ira de pair avec votre capacité à atteindre ce but. L’honnêteté envers vous-même deviendra une boussole, le courage un moyen, et la jouissance de soi, un état quotidien. Et votre couple pourra en ressortir véritablement grandi, dans une relation plus alignée, plus authentique.

 

PS : Cet article vous parle, il vous dérange ? Ou bien il vous interroge ? Si vous êtes en train de le lire ce n’est pas un hasard. Sortez de votre isolement, contactez-moi. Je suis Thérapeute de Couple, Coach relationnel, je travaille à distance, par Skype, depuis de nombreuses années, et j’ai aidé beaucoup de personnes dans des situations de co- dépendance. N’attendez plus, prenez rendez vous pour une séance découverte offerte : Oui, je veux ma séance Offerte !, ne restez plus seule !

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

 

Partagez cet article !