Savoir exactement quand il faut mettre fin à une relation est une tâche difficile. Cela dépend des partenaires et de la situation dans laquelle ils vivent. Mais il existe des preuves assez cohérentes, des signes de rupture d’une relation.

 

Les quatre cavaliers de l’apocalypse

Le Dr Gottman est un thérapeute américain qui a découvert quatre styles de communication négatifs qui sont synonymes de désastre pour toutes les relations. Il les a baptisés « les quatre cavaliers de l’apocalypse « 

La critique

Le premier cavalier de l’apocalypse est la critique. La critique porte sur le caractère du partenaire, plutôt que sur son comportement.

Voici la différence entre une plainte et une critique :

Plainte : « J’aimerais vraiment que tu m’aides à faire la vaisselle. C’est beaucoup de travail à faire tout seul et pendant que tu regardes la télévision, je dois rester debout et nettoyer. »

Critique : « Tu n’es qu’un égoïste. Tu ne penses jamais à ce que je ressens ou à tout le travail que je fais pour toi. »

La différence est que la première porte sur un comportement spécifique et la seconde sur le partenaire en tant que personne. On met souvent des mots comme “toujours”, “encore”, “jamais”.

Lorsque la critique est présente dans une relation, cela ne signifie pas qu’elle est vouée à l’échec. De temps en temps, lorsque nous sommes en colère, nous pouvons avoir recours à la critique. Mais lorsqu’elle devient omniprésente et que c’est la seule façon d’aborder les problèmes avec l’autre, il y a un gros problème.

Si vous critiquez constamment votre partenaire ou si vous avez l’impression qu’il vous critique en permanence, ce n’est qu’une question de temps avant que cela ne se transforme en mépris. La relation peut encore être sauvée à ce stade, mais c’est un signe qui devrait vous faire réfléchir à la possibilité de quitter votre partenaire.

Conseil : utilises un démarrage en douceur, abordes une conversation pour que l’autre soit réceptif. Utilises le “je”, parlez en votre nom et exprimez votre ressenti en comprenant que vous êtes partie intégrante de la résolution du problème.

blank

OFFERT !

Recevez par mail votre exemplaire :
"Communication en Couple : Kit de Survie
en cas de conflit 
!"

Marketing par
🔒 Nous n'utilisons pas votre email pour du spam.
J’accepte de recevoir la newsletter, des emails à propos des webinaires, évènements, produits et services proposés par Atout Couple. Politique de confidentialité.

 La contre-attaque

Le deuxième cavalier est la contre-attaque, et elle est généralement en réponse à la critique. C’est une tentative de se défendre d’une attaque. Nous pouvons être sur la défensive en rejetant la faute sur des situations extérieures, mais le plus souvent, nous le sommes en rejetant la faute sur le partenaire qui demande des comptes.

Voici un exemple de réponse défensive :

Plainte : « J’ai l’impression que notre vie sexuelle s’est un peu essoufflée ces derniers temps, et que tu ne fais pas vraiment attention à mes besoins et à mes désirs au lit ».

Réponse défensive : « Si tu ne me harcelais pas sans cesse à propos de la vaisselle, j’aurais peut-être envie de faire l’amour avec toi. »

La contre-attaque n’est en fait qu’une façon de rejeter la faute sur votre partenaire. Vous dites que le problème ne vient pas de vous, mais de lui. En refusant d’assumer ne serait-ce qu’une petite part de responsabilité dans la situation, votre partenaire peut se sentir invisible.

Être constamment sur la défensive dans une relation est mauvais signe. Cela signifie que le partenaire sur la défensive n’est pas disposé à examiner son propre comportement et à l’adapter pour mettre fin à ce qui nuit à l’autre partenaire. Le partenaire sur la défensive traite l’autre comme un simple objet destiné à satisfaire ses besoins et non comme une personne à part entière ayant ses propres besoins, sentiments et idées.

Si votre partenaire réagit constamment de manière défensive à votre égard (et vous à son égard), il est temps que vous examiniez attentivement votre relation. 

Conseil : reconnaissez et acceptez votre part de responsabilité, écoutez ce qui est dit. Ouvrez-vous au dialogue et acceptez de vous laisser influencer par votre partenaire pour trouver une solution ensemble.

 

Le mépris

Le troisième cavalier de l’apocalypse est le mépris. Nous faisons preuve de mépris lorsque nous traitons les autres de manière irrespectueuse. Le mépris peut s’exprimer de nombreuses manières différentes. Lorsque nous insultons les autres, nous utilisons le sarcasme, nous les imitons, nous roulons les yeux ou nous nous moquons d’eux. Nous les insultons ou les ridiculisons. Le but de ce comportement est de diminuer l’autre, de le faire se sentir sans valeur.

Si vous avez déjà été traité avec mépris, vous savez à quel point cela fait mal. Et traiter un partenaire avec mépris montre que vous n’avez aucun respect pour lui, ses sentiments ou ses besoins.

Lorsque le mépris est présent dans une relation, c’est un signal d’alarme. Cela signifie que les partenaires ont cessé de se respecter mutuellement en tant que partenaires et qu’ils ne cherchent plus qu’à affirmer leur domination. Il ne reste plus beaucoup d’amour ou de respect, et l’animosité et le ressentiment grandissent.

Si vous êtes traité de cette façon, il y a de fortes chances que votre partenaire ne se soucie plus de vous. Si vous traitez votre partenaire avec mépris, demandez-vous pourquoi vous êtes encore avec lui. S’il n’y a pas de respect entre les partenaires, il y a peu de chances que la relation puisse être sauvée.

Conseil : essayez de faire des compliments authentiques, d’apprécier la présence de l’autre. Acceptez les limites de votre partenaire, ses difficultés, sa vulnérabilité, ses défauts. Sortez du jugement et tentez de vous entraider, pour créer un contrat d’entraide mutuelle.

blank

OFFERT !

Recevez votre exemplaire GRATUIT !

"Tout ce que vous devez savoir pour
Transformer votre vie amoureuse"
Marketing par

🔒 Nous n'utilisons pas votre email pour du spam.
J’accepte de recevoir la newsletter, des emails à propos des webinaires, évènements, produits et services proposés par Atout Couple. Politique de confidentialité.

 

La fuite

Le dernier cavalier de l’apocalypse est la fuite et c’est le comportement le plus dommageable. Tout comme la contre-attaque est une réponse à la critique, la fuite est généralement une réponse au mépris.

Lorsque la fuite apparaît dans une relation, la communication est essentiellement rompue. L’obstruction se produit lorsque l’interlocuteur évite le contact visuel, se retire, se tait ou cesse tout simplement de répondre à son partenaire2.

Lorsqu’une relation a atteint le stade de la fuite, il est très difficile (mais pas impossible) de s’en remettre. Mais c’est un signe très fort qu’il est peut-être temps d’avancer dans votre vie. C’est le sentiment que vous préférez faire n’importe quoi d’autre que d’avoir une conversation. Vous ne parlez que lorsque c’est absolument nécessaire, et toute incursion en territoire plus vulnérable est accueillie par une fuite rapide ou le silence.

Conseil : faites un break mais engagez-vous à reprendre la discussion plus tard. Cherchez à maintenir le lien, à apprendre à mieux vous connaître.

La clef pour remédier à ces comportement est d’apprendre à ne pas être dans le jugement de l’autre et de soi. Prenez du recul, donnez-vous de la place, pour ouvrir la relation et dépasser vos difficultés.

 

Faut-il rompre ?

Ce qu’il faut retenir, c’est que tous les couples ont parfois recours à la critique, à une posture défensive, au mépris et à la fuite. Mais le fait d’utiliser systématiquement un ou plusieurs de ces comportements est un signe certain que quelque chose ne va pas dans votre relation.

Bien sûr, si vous êtes tous deux prêts à faire le nécessaire, un thérapeute de couple peut vous aider à cesser d’utiliser ces stratégies de communication et vous donner les outils nécessaires pour communiquer efficacement vos émotions. En définitive, vous êtes le meilleur juge de votre propre relation et de votre situation.

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

Je postule
Partagez cet article !