Nous avons tous besoin de solitude à petite dose au quotidien : pour échapper à la réalité du quotidien ou encore au stress du travail, des projets, des enfants. Ces petits moments à vous que vous appréciez plus que tout car ils vous permettent de décompresser : prendre un café tout seul(e), lire le journal dans le métro en allant au travail ou bien un bon bain après une longue journée. Néanmoins, certains craignent la solitude prolongée et vous êtes d’ailleurs probablement dans cette situation si vous vous intéressez à cet article.

Pourquoi avoir peur d’être seul(e) ? Surtout en amour ? Il faut savoir que la peur d’être seul(e) et la peur de l’abandon sont souvent liés. Il est donc possible que vous ayez été victime dans votre vie, d’un traumatisme dont vous n’avez pas encore pris conscience. En effet, celui-ci a sûrement toujours une forte emprise sur vous. Bien entendu, dans la société actuelle, il est souvent mal perçu d’être toujours célibataire à 30 ans par exemple. Cela ajoute donc une pression sociale supplémentaire qui, progressivement se transforme en angoisse.

Alors comment gérer cette peur dans une relation ou lorsque l’on désire une relation ? La première grande étape est l’identification du problème, ce que vous avez fait en cliquant sur cet article. Peut-être êtes-vous malheureux/se dans votre couple mais avez peur de partir ? Ou alors vous sentez un déséquilibre dans votre relation et vous ne parvenez pas à y remédier ? Comment déterminer d’où vient cette peur et comment la surmonter ? Ces questions vous parlent peut-être déjà, mais d’autres seront abordées. En effet, les trois questions qui vous guideront à travers cet article vous permettront de comprendre pourquoi la solitude vous effraie autant, et surtout, quel état d’esprit vous devez adopter pour vous remettre en selle.

 

Ai-je réellement peur d’être seul(e) ? 

Une des premières questions à se poser est : ai-je réellement peur d’être seul(e) ? Si vous êtes dans une relation amoureuse, il y a certainement de nombreux signes alarmant que vous avez déjà relevé (concernant votre attitude et votre manière de penser), mais que vous n’avez pas pris le temps d’analyser. Pour quelle raison ? Simplement parce que parfois, se poser les bonnes questions c’est reconnaître qu’il y a bel et bien un problème. Reconnaître un problème n’est pas toujours facile à accepter. Cependant, c’est la première étape pour trouver une solution.

Vous ne vous sentez pas forcément à votre place dans votre relation ? Vous ne vous comprenez plus ? En bref, vous savez que vous seriez dans de bien meilleures conditions si vous étiez seul(e), mais vous restez. Pourquoi ce choix ? Si votre partenaire vous traite bien, malgré l’incompréhension et les disputes, il est fort probable que vous restez parce que l’idée de rester dans une relation avec quelqu’un qui ne vous correspond pas forcément est plus réconfortante que l’idée de se retrouver tout(e) seul(e) et tout recommencer à zéro. En résumé, votre peur d’être seul(e) vous empêche de quitter votre partenaire même au sacrifice votre bonheur personnel. Cependant, si vous y réfléchissez, peut-être sentez-vous déjà une forme de solitude dans cette relation au quotidien ?

De la même manière, si vous êtes dans une relation avec une personne qui ne vous traite pas comme vous le souhaitez, il est probable que votre peur d’être seul(e) se manifeste par des excuses. En effet, vous trouvez sans cesse des excuses à votre partenaire pour justifier son comportement. Vous espérez que votre moitié change parce que vous ne voulez pas prendre de décision qui vous obligerait à sortir de ce cocon de sécurité dans lequel vous êtes. Vous choisissez donc l’option la plus prudente en espérant que votre conjoint(e) évolue de lui/elle-même. Votre peur d’être seul(e) fait donc passer là aussi votre bonheur au second plan. Dans ces conditions, vous n’êtes plus responsable de votre propre bien-être.

Enfin, que vous soyez dans une relation ou pas, vous aimez avoir des options. Quitter votre partenaire sans avoir de plan de secours ? Jamais ! Malheureusement la vie de fonctionne pas toujours comme dans un film Bridget Jones où deux personnes ou plus seront prêtes à se battre pour vous. Parfois il est nécessaire de faire un choix pour son propre bien, peu importe les conséquences. Si vous êtes célibataire, vous entretenez certainement plusieurs flirts autour de vous, juste au cas où les choses ne vont pas comme vous le souhaitez avec la personne qui vous intéresse. Vous avez donc sans cesse besoin de vous sentir aimé(e) et désiré(e) pour ne pas ressentir cette solitude. Gardez à l’esprit que ce genre de comportement peut être destructeur non seulement pour vous mais également pour les personnes que vous fréquentez qui peuvent se sentir “utilisées” pour remplir un vide.

 

Pourquoi la solitude m’effraie-t-elle ? 

Il est fort probable que cette peur soit le résultat de plusieurs éléments qui se sont accumulés au cours de votre vie. Tout d’abord, il est vrai que la société actuelle met en avant les relations amoureuses comme l’élément indispensable d’une vie accomplie : films romantiques, sites de rencontres, applications mobiles etc. Le monde vous crie que pour vivre heureux, il est nécessaire de vivre à deux. Vous avez peut-être déjà entendu des remarques de la part de votre famille ou de vos amis : “Il a 30 ans et est encore célibataire…Il est grand temps qu’il se marie !” ou encore “J’ai 25 ans, il ne me reste plus que quelques années pour me marier et avoir des enfants”. C’est un peu la course à l’âme soeur en plus de la course contre la montre.

Si vous êtes dans une relation, vous vous êtes peut-être également dit : “j’ai cette personne, je la garde, je n’ai pas le temps de recommencer une relation avec quelqu’un d’autre”. Et c’est ainsi que la société impacte nos vies au quotidien : se retrouver seul(e), c’est désormais être différent, ne pas avoir réussi. Cela se transforme parfois en réelle angoisse au quotidien pour certains : la peur d’être seul(e).

Bien entendu, d’autres éléments peuvent s’ajouter à ce contexte social assez pesant. Il est fort possible que vous ayez vécu un traumatisme dans votre vie. Que vous en ayez conscience ou pas, ce traumatisme alimente votre peur d’être abandonné(e) et donc de vous retrouver seul(e). Cela sous-entend également que vous ne vous sentez pas complet(e) lorsque vous êtes seul(e). Comment l’expliquer ? Peut-être que dans votre enfance vous n’étiez pas très proche de vos parents ? Un de vos parents s’est soudainement absenté lorsque vous étiez jeune et vous avez eu le sentiment d’être abandonné(e) ? Ou encore peut-être avez-vous vécu une rupture extrêmement difficile, et pour vous éviter de nouvelles souffrances, vous vous être créé une carapace.

La seule idée de vous retrouver seul(e), de devoir naviguer tout(e) seul(e) contre vents et marées vous effraie, vous cherchez à vous raccrocher à une bouée en espérant désespérément qu’elle vous sauvera. Cependant, pour vous en sortir, vous aurez plus de chance si vous apprenez à nager seul(e).

Les traumatismes (de toutes sortes) ainsi que les moeurs de la société actuelle peuvent facilement expliquer pourquoi vous cherchez absolument à être en couple si vous êtes célibataire, mais aussi à rester en couple même si la relation ne vous convient pas.

 

Comment dépasser ma peur et avancer ?

C’est la question finale que vous devez vous poser et peut-être la plus importante. Comment dépasser ce stade pour pouvoir être heureux/se avec moi-même ? Si malgré les étapes précédentes vous ne savez toujours pas ce qui a pu déclencher une telle peur en vous, une manière efficace de le découvrir est l’écriture thérapeutique. Prenez du temps pour écrire tout ce qui vous passe par la tête, vos peurs mais aussi les raisons, ce que vous voulez et pourquoi. Vous pouvez également écrire à propos de votre passé et de ce que vous voyez pour votre avenir. Vous pouvez prendre dix à quinze minutes pour écrire tous les jours jusqu’à ce que vous y voyiez plus clair ou décider de vous lancer dans une écriture d’une heure ou deux heures si cela vous fait du bien. Cela vous permettra de remettre les choses en perspective et comprendre comment vous réfléchissez et ce que vous ne dites pas à haute voix mais que vous ressentez. C’est un bon moyen de trouver des solutions.

Vous pouvez également décider de parler à quelqu’un : votre partenaire, vos amis, votre famille mais également un professionnel. Certains traumatismes peuvent être difficile à surmonter et dans ces conditions, il est important de vous faire aider, cela ne fera que faciliter votre avancée.

Vous pouvez également vous parler à vous-même, vous rappeler que vous avez eu des moments heureux lorsque vous étiez seul(e). Être seul(e) n’est pas forcément synonyme de malheur. Faites des activités qui vous donneront confiance en vous, qui feront monter en flèche votre confiance et vous permettront d’avoir des moments à vous. Soyez progressivement plus indépendant(e) au quotidien : au travail, avec vos amis et ensuite dans votre relation. Prenez des initiatives et faites des choses que vous n’auriez jamais osé faire avant !

 

Enfin, ne restez surtout pas dans une relation si vous êtes malheureux/se. Si vous avez du mal à partir, parlez-en et demandez de l’aide autour de vous comme évoqué plus tôt. N’oubliez surtout pas que vous avez le pouvoir de vous rendre heureux/se. Même si l’inconnu et la solitude vous font peur, vous vous remercierez d’avoir fait le premier pas vers un avenir plus épanoui.

 

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

Partagez cet article !