Lorsque l’on se lance dans l’entrepreneuriat, certes c’est une décision personnelle, mais ce qu’il ne faut pourtant pas oublier, c’est qu’à partir du moment où on est lié(e) à une autre personne (que ce soit le couple ou la famille), notre décision touche ces personnes-là aussi.

On est toujours tenté de penser « c’est ma vie professionnelle, mon choix ! » et que ce choix n’implique personne d’autre que soi, pourtant ce n’est pas le cas. Et c’est en gardant toujours à l’esprit cette notion que l’on a la première clé pour que cette transition marche et ne nuise pas au couple.

 

La première clé : mon choix, pas le sien

La décision de devenir son propre patron ne veut absolument pas dire que l’on devient aussi automatiquement le patron des autres…
Quand on fait le choix de devenir entrepreneur, c’est tout d’abord le résultat d’un changement qui s’est opéré en nous, et c’est pour cela que l’on ne se rend pas toujours compte qu’il pourrait et qu’il va impliquer les personnes qui nous sont proches.

Tout d’abord, être entrepreneur c’est quoi ?
C’est se lancer à son compte, fini le statut de salarié avec ses avantages et ses inconvénients. A compter de ce moment, on ne reçoit plus que ce que l’on gagne, peu importe le volume de travail abattu. Ce sont des contrats qui se présenteront de façon aléatoire. Ce sont des revenus souvent en dents de scie. Et aussi, ce sont beaucoup de paramètres inconnus que l’on va devoir gérer au fur et à mesure que l’on avance sur ce nouveau chemin.
Alors, pour tout ce qui touche l’aspect financier, ce choix va causer des bouleversements et de l’insécurité dans le couple, et c’est la première chose à prendre en compte.
C’est en se rassurant et en s’appuyant sur son partenaire que l’on sera capable de gérer ce premier « obstacle » et de faire les réajustements nécessaires pour que la relation n’en pâtisse pas.

Oui, c’est notre décision, notre choix de devenir entrepreneur, mais toujours avancer en considérant l’autre, sa place, ses sentiments et le fait que les bouleversements ne vont pas uniquement nous toucher mais également avoir des répercussions sur l’autre, sur la dynamique du couple, sur l’implication et les priorités de chacun…

 

La deuxième clé : Un processus de transition indispensable

Devenir entrepreneur est un parcours. Ce n’est pas parce que l’on prend la décision de se mettre à son compte que tout va tout de suite s’emboîter et se jouer naturellement comme les notes d’une partition bien maîtrisée…

Il faut se souvenir que l’implication de notre conjoint n’est pas un dû et n’est pas acquis.
Bien sûr, certains conjoints donnent soutien et encouragements à leur partenaire, mais c’est souvent parce que les réajustements et la communication ont été de mise dès le début.
Et il y en a aussi pour qui ce processus de transition est plus compliqué, plus long et difficile à mettre en place.

Pour les personnes qui deviennent entrepreneur tout en restant chez eux par exemple, comme cela a été mon cas et le cas de nombreuses femmes aussi, il peut arriver que leur conjoint ait du mal à intégrer que c’est un vrai travail, donc sans interruption d’ordre domestiques. Il y en a aussi qui veulent des résultats tout de suite ou qui ne conçoivent pas que ce changement de statut puisse influer sur le quotidien, la relation de couple et la dynamique familiale…

Les implications sont tellement nombreuses et dépendent de chaque couple, mais dans tous les cas, ce changement fait des vagues dans la relation. Comment cela pourrait-il en être autrement ?
Et c’est là toute la nécessité d’une période de transition pour les deux conjoints. Elle doit se faire de manière consciente et bienveillante afin de gérer tous écueils qui pourraient se présenter.

Également, ne pas oublier que cette période n’a pas de durée prédéfinie qui dit que forcément, au bout de X temps, tout va se mettre bien en place.
Le processus de transition peut être relativement court comme long, selon les couples. Aussi la notion de patience est de rigueur pour ne pas se laisser aller au découragement et finir par mettre son couple en péril.

 

La troisième clé : Trouver ensemble les réajustements qui fonctionnent

Chaque changement qui s’opère dans une relation,notamment le changement de carrière et de sens lié au travail, est une occasion pour le couple de repenser son fonctionnement et d’évoluer.

Il y a toujours deux façons de réagir face aux changements.
Il y a la fuite car on n’est pas forcément enclin à expérimenter de nouvelles choses, au risque de se louper. Malheureusement, c’est la cause de beaucoup de séparations et de divorces…
Et puis, il y a la deuxième option qui est de voir à deux la façon d’interagir qui convient et de trouver ensemble ce qui marche le mieux pour continuer à avancer à deux, à se comprendre et se soutenir.

Il ne faut pas se mentir : les réajustements sont inévitables. Le couple n’est pas une entité figée et de ce fait, les changements, les bouleversements et l’évolution sont incontournables.
Comme cette nouvelle situation va forcément créer un décalage dans la relation, il est indispensable de faire en sorte de réduire ce « gap » entre les conjoints.

Même si ce n’est pas toujours évident et même si cela peut sembler être un peu forcé au début, c’est en y allant en tâtonnant que l’on peut trouver la manière qui fonctionne et la nouvelle dynamique du couple.
Et cette phase se fait à deux, c’est une condition sine qua none, car les deux conjoints sont aussi responsables l’un que l’autre de l’évolution qu’ils souhaitent et des corrections qu’ils veulent mettre en place dans leur relation.

C’est une des plus grosses erreurs des conjoints d’ailleurs de penser que comme le choix est celui de l’autre, cela ne nous concerne pas… « Pourquoi devrais-je moi aussi m’impliquer, alors que c’est lui/elle qui a fait ce choix ? ».
La vérité est que certes, c’est son choix, mais comme vous aussi avez choisi de partager sa vie, son choix devient le vôtre et il est également de votre responsabilité de faire en sorte que cette nouvelle dynamique fonctionne et trouve son équilibre.

Il s’agit avant tout de prendre chacun sa place dans la relation et de bien délimiter le rôle de chacun pour qu’il n’y ait ni culpabilité, ni ressentiments de part et d’autre car on n’a pas assez défini le rôle et les responsabilités de chacun des conjoints.

Ainsi, celui/celle qui fait le choix ne doit pas trop en attendre de l’autre car c’est son choix. Mais celui/celle dont le conjoint a fait ce choix doit aussi prendre, de lui/elle-même, part à cette décision. C’est en faisant ainsi que l’harmonie entre la vie d’entrepreneur et la vie de couple se crée et se maintient.

Oui, arriver à gérer et à trouver un équilibre entre sa vie d’entrepreneur et sa vie de couple nécessite un travail sur soi et une implication importante, mais c’est tout à fait à notre portée, ces trois clés en main.

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

Partagez cet article !