Finely, a special circumstance https://vgrsingapore.net/blog/important-facts-about-impotence/ was formed between the signs who came the program and the patient officers who ran it. Occasional immediate reactions were also important in these studies, suggesting that other to these findings was possible.

La séduction 2.0 est en marche. Depuis une dizaine d’années, une multitude de sites de rencontres a fleuri sur le net. Des outils bénis par les timides pour qui le premier pas représente une étape infranchissable. Aujourd’hui, un « je vous offre un verre ? » s’expédie en deux cliques et un smiley.
Le risque de ne pas plaire disparaît sous un filtrage préalable : Je Like et j’attends qu’il me Like en retour. Sinon ? Je zappe, Next ! Lorsque certains crient au sacrilège, estimant que ces sites s’apparentent à des supermarchés de l’amour bas de gamme, d’autres s’enthousiasment de pouvoir entrer en relation avec des personnes qu’ils n’auraient jamais eu la chance de croiser en temps normal. Alors, ces sites de rencontres offrent-ils un moyen fiable de trouver l’âme sœur ou ne sont-ils que des répertoires de célibataires assoiffés d’histoire d’un soir ? Symbolisent-t-ils un avenir enviable ou signent-t-ils la mort des rencontres inattendues construites sur le hasard de la vie ? Et surtout, sont-ils faits pour vous, ou pas ?

 

Il n’y a que des mecs « Relous » ou « Chelous »

La première des limites que de nombreuses femmes refusent de franchir vis-à-vis de ces sites de rencontres, c’est le risque de tomber sur un obsédé, quelqu’un de bizarre, ou même de dangereux. L’idée de se retrouver coincée autour d’un verre avec celui qui, en d’autres situations, nous aurait poussé à changer de trottoir pousse certaines à ne même pas tenter l’expérience. Lors de l’apparition de ces sites, cette crainte était probablement justifiée. La naissance d’un « marché » attire toujours, dans un premier temps, les extrêmes. Internet était, il y a 20 ans, dédié à des Geeks passionnés de codage. Puis, au fil des ans, il s’est démocratisé pour toucher la majorité de la population. De même, les sites de rencontres rassemblaient il y a plus de 10 ans un nombre important de personnes pour qui la séduction était un sujet central : ceux qui n’y arrivaient pas du tout, et ceux qui en voulaient toujours plus. Des timides incurables pour qui c’était le dernier recours et des dragueurs invétérés qui y voyaient un moyen de maximiser leurs profits.

Aujourd’hui, un public large et hétérogène a investi ces sites. Il y voit un moyen de rencontrer quelqu’un qui « sur le papier » pourrait lui correspondre. On retrouve dans la base de données de ces sites, la même diversité que celle que l’on pourrait retrouver dans un lieu de rencontre classique. Vous connaissez certainement autour de vous des gens très bien qui ont tentés l’expérience et en sont satisfaits. Peut être sans le savoir, côtoyez-vous des couples durables, qui se sont rencontrés par cet intermédiaire ? Car il ne s’agit que d’un outil, comme un autre, pour mettre en relation des personnes – Rien de plus, et le reste vous appartient totalement.

 

C’est un peu la honte quand même…

Si s’avouer simplement que l’on recherche quelqu’un avec qui partager une tranche de vie prête à rougir, alors oui, c’est la honte. Combien de célibataires, gominés, bien fringués, pomponnés, font la queue des heures devant une boite de nuit pour le délice que leur procure la musique qu’on y joue ? Sans statistique à portée de main, je m’en remets à votre bon sens. Les sites de rencontres officialisent une pratique répandue mais peu assumée. La preuve en est que la séduction se cantonne, pour beaucoup, au monde de la nuit. Un espace sombre et coupé du reste du monde, saturé d’une musique interdisant toute discussion et arrosé d’une liqueur qui dispense un oubli souvent nécessaire. Peut-on, dans cette situation, s’enorgueillir d’avoir rencontré son conjoint dans le monde réel ?

Lorsque deux personnes décident de se rencontrer, après avoir brièvement appris à se connaître sur internet, ils le font dans un lieu qui prête à la découverte de l’autre : un café, un restaurant, un banc public…Aucun des deux célibataires ne se permet de s’y rendre après s’être imbibé d’alcool. Ils sont parfaitement maîtres d’eux-mêmes et vivent pleinement le plaisir ET l’angoisse de se retrouver en tête à tête avec un inconnu, qui potentiellement l’attire. Dans un schéma qui me semble naturel et qui voudrait qu’on rencontre d’abord la personne, puis qu’on apprenne à la connaitre, que s’en suive le premier baiser, et qu’enfin, naisse l’envie brûlante de communier dans un lit, les sites de rencontres rétablissent un système d’approche tout à fait naturel.

 

Ce n’est pas fait pour moi.

Rappelez-vous de l’apparition de Facebook. Vous souvenez-vous de ces amis réfractaires et moqueurs fustigeant cette course à l’Ego. Aujourd’hui, ou sont-ils ? Comme tout le monde, ils souhaitent rester informés et partager avec leurs proches les étapes importantes de leur vie. Nous nourrissons tous une pudeur qui veut qu’accepter d’être au centre de l’attention soit négatif. « Qui suis-je pour… ma vie n’a vraiment rien de passionnant…». De la même manière, de nombreuses personnes sont persuadées que ces sites ne sont pas faits pour eux par manque de confiance. Leur photo de profil n’attirera personne, leurs mensurations ne sont pas aux normes, ou encore, lors du premier rendez-vous, leur timidité pèsera lourd sur des silences angoissants. « Et si finalement je ne lui plait pas ? » «  Et si je n’ai rien à lui dire ? » et si et si… Souvent, ces craintes naissent d’une idéalisation de l’autre. Comme si vous seule étiez victimes du stress et des doutes qui s’agitent devant l’arrivée de l’inconnu.

On fait un grand sac avec d’un côté moi, imparfaite et bizarre, et les autres, normaux et parfaitement équilibrés. Il me serait facile de vous convaincre que se juger si durement est évidemment une erreur, qu’il y a même un certain nombrilisme à se penser si différente des autres ! Et c’est encore une fois le saut dans le vide qui vous apportera le plus directement la résolution de ces doutes. On ne démystifie jamais aussi bien ses craintes qu’en en faisant l’expérience. Après deux refus, ceux-ci vous feront déjà bien moins peur, il en va de même avec l’impression de ne pas être à la hauteur, de ne pas être assez sexy, drôle, intéressante… Il arrive un moment où vous laissez aux autres le loisir de juger comme ils l’entendent et ne portez attention qu’au jugement sur lequel vous avez du pouvoir : le vôtre.

Dernièrement, Meetic a imposé à ses clients masculins la signature d’une charte du gentleman (1). Un pied de nez à Tinder, considéré comme dédié aux histoires d’un soir. Cette nuance est importante. Tous ces sites ont des particularités qui, si vous vous y intéressez, vous aideront à trouver une relation qui correspond à votre envie du moment. Les sites payants sont par exemple réputés comme s’adressant aux personnes recherchant une relation durable. En somme, l’outil de rencontre n’est rien, tout dépend de la façon avec laquelle vous souhaitez l’utiliser. Et les sites de rencontre, une façon incroyablement efficace de multiplier vos chances de trouver la bonne personne pour vous, à condition que vous soyez au clair avec ce que voulez y trouver pour vous.

1-Source : http://o.nouvelobs.com/high-tech/20170704.OBS1630/meetic-veut-lutter-contre-les-relous-de-la-drague.html

 

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

Partagez cet article !
istanbul escortistanbul escortistanbul escortistanbul escortistanbul escortistanbul escort
istanbul escortistanbul escortistanbul escortistanbul escortistanbul escortistanbul escort
istanbul escortistanbul escortistanbul escort istanbul escortistanbul escortistanbul escort