Qui n’a jamais rêvé d’une rencontre digne d’un conte de fées, ou d’une passion qui emporterait tout sur son passage ? C’est indéniable, la recherche de l’amour est une quête universelle qui nous motive toutes.

Pourtant, nous sommes très nombreuses à être tombées amoureuses et à avoir saboté notre histoire. De la grande romantique attendant son prince charmant à celle qui se proclame « cœur de pierre », en passant par la séductrice invétérée, nous avons toutes un point commun : les relations amoureuses nous font peur. Peur de souffrir, peur de bouleverser sa vie du tout au tout, peur de perdre son autonomie… Ce ne sont pas les raisons qui manquent, mais il faut remonter à l’enfance pour mieux comprendre ce qui provoque nos blocages.

 

L’impact du passé sur les relations amoureuses

L’amour nous renvoie au passé, et chacune de nos nouvelles relations est marquée par les blessures ou les manques subis auparavant, que ce soit avec nos parents, avec un ex, ou avec une amie. Il est ainsi indéniable que notre capacité à se rapprocher d’une autre personne dépend des histoires que l’on a pu vivre auparavant.

Pour y voir plus clair, on peut commencer par s’intéresser aux styles d’attachement développés durant notre enfance, et à la manière dont ils nous façonnent. Nos premières interactions avec nos parents deviennent ainsi un modèle pour ce que nous recherchons dans nos relations futures, et ce bien souvent sans que l’on en ait conscience. De plus, les interactions de nos parents entre eux constituent notre modèle de couple, et façonnent largement nos choix en termes de partenaires et de styles relationnels.

 

Se protéger en niant ses propres besoins émotionnels

Si, enfant, une personne s’est sentie émotionnellement négligée par ses parents, cette personne peut avoir développé un « style d’attachement évitant », et aura tendance à nier ses propres besoins émotionnels. Une fois arrivées à l’âge adulte, ces personnes apparaissent souvent comme froides, voire hautaines. Elles ressentent peu de besoins émotionnels, et ont tendance à penser que les autres sont trop en demande. Elles gèrent ce manque d’affection antérieur en se réfugiant dans leur indépendance, et en évitant la proximité et la connexion réelle. Elles peuvent être indifférentes à leurs besoins comme à ceux de leur partenaire, et apparaissent souvent comme autonomes. Pourtant, leur anxiété se réveille lorsque les gens les quittent.

 

Le besoin d’être aimée de tous et à tout prix

D’autres personnes développent en grandissant un « style d’attachement anxieux ». En tant qu’enfants, leurs besoins étaient parfois satisfaits, mais à d’autres moments, leurs parents ont pu se montrer peu à l’écoute et disponibles, ou bien en forte demande d’affection vis-à-vis de l’enfant. On peut même évoquer le concept de « parentification » : un parent, souvent souffrant de solitude, qui devient trop dépendant de l’affection de son enfant et où il s’installera une sorte de rôle inversé, où l’enfant prendra en charge son parent sur le plan émotionnel et affectif. Une telle attitude peut provoquer de l’anxiété chez ce dernier, qui recherchera en grandissant des partenaires pouvant combler ses propres besoins et carences affectives, souvent bien au-delà de ce qu’un conjoint peut réellement donner. À l’âge adulte, elles sont en quête constante d’amour, c’est « aime-moi à tout prix », de façon absolue. Elles ont souvent besoin d’être rassurées, et peuvent se montrer possessives avec leur partenaire.

 

Ambivalence et relations amoureuses

En matière d’amour, les contradictions sont légion ! L’intimité amoureuse fait peur, mais la solitude également. Cette peur empêche certaines personnes de se laisser approcher. Elles sont ainsi l’incarnation parfaite du fameux dicton « Fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis », ne s’intéressant à quelqu’un qu’au moment où il cesse de les désirer. Chez d’autres, cette même peur les rend extrêmement dépendantes de leurs relations et de leurs conjoints. Elles vont ainsi avoir tendance à se sentir rejetées à la moindre négligence de leur partenaire, à s’inquiéter sans cesse de le perdre, ou seront enclines à une jalousie potentiellement destructive.

Que nous ayons peur qu’un partenaire nous quitte et nous abandonne, ou bien au contraire qu’il s’accroche et limite notre indépendance, nos inquiétudes provoquent parfois des comportements réellement destructeurs pour nos relations.

 

Apprendre à se connaître pour avancer

Les blessures du passé ont une influence sur les relations amoureuses de votre vie actuelle. Il est ainsi essentiel de déterminer et de changer les croyances conscientes et inconscientes qui nous nourrissent pour les dépasser et pouvoir aborder nos relations sous un angle nouveau.

Quelles que soient nos peurs concernant l’amour, il est essentiel d’apprendre à se connaître et de faire preuve d’authenticité. Même si le style d’attachement développé durant notre enfance ainsi que le modèle de couple hérité de nos parents forment notre base relationnelle, il est tout à fait possible de la travailler afin de reprogrammer notre modèle relationnel, et d’accéder enfin à une relation de couple satisfaisante.

Lorsque nous commençons à comprendre d’où viennent nos émotions, et à reconnaître ce qui nous fait peur dans nos relations, notre propre point de vue sur l’amour commence à apparaître, et nous pouvons alors décider de son impact sur nos vies.

 

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

Séance gratuite
Partagez cet article !