Cyril et Sophie, 47 et 38 ans, Besançon, Forfait Connexion

 

Couple heureux qui s'enlace et rit ensembleAvant d’enfin nous décider à entamer une thérapie de couple, nous ne nous adressions plus la parole que lorsqu’il était question de notre fille. On faisait chambre à part et nous en étions même arrivés à séparer nos affaires pour ne plus avoir à communiquer…
Je me demande souvent si nous en serions arrivés là si nous avions fait la démarche il y a un an, quand notre vie de couple a commencé à se dégrader…

Avant que je ne change de département à mon travail, je voyageais beaucoup et était absente de la maison la majorité du temps. Alors il était le papa mais endossais aussi une grande partie du rôle de maman… Ce n’est que quelques mois après ma mutation que les rôles se sont plus ou moins remis à leur place.
A être plus présente, j’ai vite compris à quel point notre situation pouvait nous peser tous les deux…surtout moi qui pensais être la seule à souffrir de notre situation.

Je crois que le déclic est arrivé à ce moment-là. Depuis plus d’une année, je refuse constamment ses propositions d’aller voir quelqu’un pour sauver notre couple. Je pensais qu’il me le proposait par devoir ou juste pour notre fille. Mais en réalisant que cela l’affectait également, je me suis dit qu’il fallait au moins essayer alors on a contacté Myriam.
Comme nous avions des emplois du temps assez chargés tous les deux, les séances à distance étaient l’idéal.

Nous savions que rendus là où nous étions, il nous fallait une personne extérieure, neutre et qui saurait comment faire pour nous aider à au moins retrouver une communication saine.

Ce qu’il faut garder en tête en entamant une thérapie, c’est que ce n’est pas une solution miracle qui fera que la finalité sera que le couple sera sauvé, que tout ira super bien après car on n’a aucune certitude. Et c’est avec cet état d’esprit que nous nous sommes lancés. Notre objectif était de ne pas jeter toutes ces années par la fenêtre en laissant notre relation se dégrader davantage.

Et grâce à l’impartialité et tous les exercices et outils que Myriam a su nous donner au fur et à mesure que nous avancions, nous avons pu renouer le dialogue.
Bien sûr, il y a encore beaucoup de sujets délicats que nous n’abordons pas, mais au moins les échanges ont repris et ce n’est plus violent ou nocif comme cela l’était toujours auparavant.

Je dois admettre que j’étais constamment agressive lorsque je m’adressais à lui car je gardais tellement de choses, comme le sentiment d’être en permanence jugée ou attaquée, pour moi.
Et ces choses-là, tous ces sentiments négatifs, j’ai enfin pu les exprimer, les lui faire comprendre à chaque séance. Il m’a même demandé si je n’attendais pas les séances, à chaque fois, pour cracher toute ma colère et mes ressentiments…

Ce que nous avons tous les deux le plus apprécié était la manière de Myriam de reformuler ce que nous avions tous les deux à dire pour que l’autre puisse l’entendre et l’encaisser sans se sentir attaqué ou blessé… C’est ce qui nous a le plus aidé à communiquer à nouveau et à déculpabiliser.

Il y a eu des moments pénibles où je me disais que l’on allait droit dans un mur et que l’on ne s’en remettrait pas. Mais à chaque fois, ce qui me paraissait être une voie sans issue était une nouvelle clé pour nous réapproprier notre couple. Chaque outil nous a appris l’écoute, comment dire les choses sans s’agresser à chaque fois, comment nous souhaiterions reconstruire notre relation, comment exprimer ses sentiments de manière plus posée…

C’est ce qui fait sans doute que l’on puisse échanger à nouveau. Ce n’est pas encore des conversations complices et chaleureuses certes. Mais aujourd’hui, nous savons tenir une conversation sans nous agresser et de manière plus constructive, plus conviviale. Et maintenant, nous savons comment éviter les dérapages ou comment calmer les tensions quand les choses nous échappent. C’est plus facile de vivre ensemble, vraiment.


Téléchargez maintenant

Le kit de survie

Communication dans le Couple