Rester ou partir après une infidélité ? | La grande Question

 

 

Très vite après la découverte, vous vous posez la question cruciale : dois-je rester ou dois-je partir ? La réponse à cette question va déterminer le reste de votre vie. Ce n’est donc pas quelque chose à prendre à la légère. C’est pourquoi c’est le premier point que j’aborde en détail dans la formation que je vous propose de suivre.

Surtout, ne prenez pas de décisions pour l’instant. Cette décision est si importante qu’elle ne peut intervenir qu’à la suite d’un long processus de réflexion et qu’après avoir essayé de sortir par le haut de cette situation. Je conseille d’ailleurs aux centaines de personnes qui suivent mes conseils et ma formation de ne prendre cette décision qu’à l’issue de celle-ci et au moins 2 à 3 mois après l’annonce de l’infidélité. Je sais que cela peut vous paraître une éternité puisque vous avez à vivre au jour le jour avec cette personne qui vous a fait si mal… Mais je vous promets qu’au bout de quelques semaines vous allez déjà vous sentir mieux. 

 

Statistiques sur l’infidélité : ce que disent les chiffres

Et que font les autres ? Si chaque situation est bien sûr unique, il est très utile et rassurant de pouvoir bénéficier de l’expérience des couples qui sont passés par là. Selon le site aufeminin.com, 57 % des couples profitent de cette situation de crise pour faire le point sur leur situation alors que 25 % préfèrent simplement rompre. Peut-être ces 25 % ont-ils raison : après tout, partir est parfois la bonne solution et surtout la seule solution courageuse qui permet à chacun d’évoluer quand la relation n’est plus viable. Pour les 57 autres pour cent, cela peut être l’opportunité de faire le point et de construire une nouvelle base pour votre relation de couple. Une relation plus profonde, plus solide, plus fournie émotionnellement.

Faire le point sur votre situation ne veut pas nécessairement dire rester en couple avec votre partenaire, cela veut simplement dire que vous allez essayer de travailler sur votre relation pour transformer votre couple et en faire une relation plus pérenne et heureuse où vos besoins émotionnels seront intensément nourris.

C’est donc à vous de choisir dans quelle catégorie vous voulez vous situer. En tous cas, je vous recommande vivement de ne pas prendre de décisions hâtives et de ne pas opter tout de suite pour la fuite. 

 

Il faut avoir le bon état d’esprit : l’infidélité n’est pas une fatalité

Il est très important d’aborder l’infidélité dans votre couple avec un bon état d’esprit, c’est-à-dire en étant aussi ouvert(e) que possible pour comprendre ce que ressent votre partenaire et surtout pour comprendre comment vous en êtes arrivé(e)s là. Certes, vous pouvez avoir l’impression que l’infidélité vous tombe dessus un beau matin, mais ce n’est pas le cas. Le mal vient toujours de plus loin. Le désir de l’infidélité a grandi sur le terreau d’une insatisfaction sourde dans votre couple. Cette insatisfaction s’est ensuite transformée en mal-être et comme vous n’avez pas réussi à résoudre ce problème en tant que couple, l’infidélité est arrivée.

Bien entendu, loin de moi l’idée d’excuser l’infidélité à cause du mal-être ressenti. Mais cela explique la situation, c’est donc un indicateur très utile. Autrement dit, pour pouvoir dépasser la crise de l’infidélité, il faut que vous compreniez que ce n’est pas une fatalité et qu’elle aurait pu être évitée. Et c’est une très bonne nouvelle, car vous allez pouvoir mettre des choses en place pour que cela ne se reproduise plus. Essayez au maximum de transformer cette période de souffrance et de doutes en quelque chose de positif. Adoptez un bon état d’esprit pour être ouvert(e) et réceptif(ve) aux émotions de votre partenaire. Si vous vous braquez et que vous avez de toute manière décidé de ne pas même essayer de comprendre les émotions qui ont pu mener à l’infidélité de votre partenaire, rien de bon ne va sortir de cette période et vous allez rester avec vos déceptions et votre mal-être.

 Nous connaissons tous la sagesse proverbiale des Grecs anciens, n’est-ce pas ? Pour eux, le mot « crise » signifiait également « un carrefour ». Autrement dit, la crise que vous traversez actuellement est aussi un l’occasion d’explorer plusieurs opportunités. Vous n’avez pas à prendre de décisions aussi binaire et radicale que partir ou rester. C’est à vous de trouver les routes qui vous correspondent et que vous souhaitez emprunter pour vous réaliser pleinement dans votre vie amoureuse.

Rappelez-vous donc que l’infidélité n’est pas une impasse : c’est un carrefour. À vous de choisir votre chemin ! Bien sûr, vous n’avez pas à faire cela tout(e) seul(e), car je peux vous accompagner

 

Les signes inquiétants

Si vous y consacrez du temps et de l’énergie, vous pourrez dépasser l’infidélité et reconstruire votre couple. Cependant, il existe 3 signes inquiétants dont il faut vous occuper avant de commencer la reconstruction, car ils risquent d’entraver celle-ci. Ces 3 signes sont :

Le manque d’amour : le manque d’amour correspond au couple qui n’ont jamais été amoureux. En effet, peut-être vous êtes-vous mis(e) en couple pour de mauvaises raisons (pression familiale, grossesse, problèmes d’argent, etc.). Dans ces cas-là, l’infidélité n’est pas tant un déclencheur qu’une excuse pour sortir d’une relation dans laquelle personne n’est heureux…

La mort de l’amour : s’il n’y a plus d’amour entre vous, il peut être très difficile de trouver la motivation de dépasser l’infidélité. Qui plus est, la mort d’amour peut être une des causes de celle-ci. Si vous pensez être dans ce cas-là, nous allons faire un petit exercice qui va vous aider à dater le moment où l’amour entre vous s’est perdu dans les limbes de la routine. Bien entendu, vous n’aurez pas une date précise, car c’est un processus, mais vous allez avoir une idée assez claire de ce qu’il s’est passé. Prenez chacun(e) une feuille et un stylo. Au milieu de la feuille, écrivez la date approximative de la perte de l’amour. À partir de cette date, vous allez tracer des traits qui vont relier celle-ci à des événements pratiques et émotionnels qui peuvent être autant de causes possibles au manque d’amour que vous ressentez maintenant. Il est d’autant plus profitable de faire cet exercice avec votre partenaire, car vous pouvez à l’issue de celui-ci comparer les résultats et en parler. Et surtout, posez-vous la question suivante : « Puis-je retomber amoureux.se de cette personne ? ». Certain(e)s d’entre vous pensent peut-être qu’il est impossible de rester amoureux(se) ou de retomber amoureux.se d’une personne qui vous a trompée. Je pense que ce n’est pas le cas. Vous pouvez par exemple formuler cela ainsi : « Oui je pense pouvoir retomber amoureux(se), mais l’infidélité me pèse ». Rassurez-vous nous allons travailler à cela, tant et si bien que l’infidélité de votre partenaire ne sera pas un frein à l’amour que pourriez lui porter à nouveau.

Le refus de la prise de responsabilité : Si vous refusez de reconnaître chacun vos torts, la reconstruction de votre couple est vouée à l’échec. Là encore, faites preuve d’ouverture face aux sentiments de votre partenaire

En fait, de ces 3 signes, seul le manque d’amour est vraiment un problème, car s’il n’y a jamais eu d’amour entre vous, les chances pour que cela change aujourd’hui sont minces, mais ce n’est bien sûr pas impossible !

Faites attention à ne pas tout analyser au prisme de vos émotions suite à l’infidélité. Prenez le temps nécessaire pour répondre à ces questions, car cela déterminera les conditions de votre reconstruction.

 

Témoignages

Fabien, 52 ans, Madrid, Pack de séances à distance

 » Si je devais décrire où j’en étais avant de prendre contact avec Myriam, je dirais tout simplement au fond d’un trou immense, à me demander si j’allais finir ma vie tout seul…  »

Sylvain et Aurélie, 30 et 34 ans, Milan, Forfait Connexion

 » C’est quand nous avons réalisé qu’il nous était devenu impossible de communiquer sans nous disputer et que nous étions comme des inconnus l’un pour l’autre que nous avons décidé de prendre contact avec Myriam. « 

Mila, 41 ans, Toulouse, Forfait Clarté

 » Avant d’entamer les séances Skype avec Myriam, j’étais réellement somnolente dans ma vie par rapport à maintenant. Il y a eu énormément de blocages au moment où on a commencé le coaching. «