Tomber amoureux d’une personne est un processus toujours aussi complexe et mystérieux qu’il y a des centaines d’années. Plusieurs facteurs entrent en jeu et bien que beaucoup d’entre nous aiment penser que la rencontre de l’âme sœur résulte de phénomènes cosmiques qui échappent à notre contrôle, la science, elle, peut expliquer bien des choses.

Helen Fisher nous parle de ces trois stades qui se succèdent lors d’une relation et nous explique pourquoi il arrive que l’on trompe la personne que l’on aime…

Ci dessous un résumé de la passionnante Conférence TED d’Helen Fisher, que je vous invite vivement à regarder en suivant le lien ci dessous :

Le premier stade: Le désir

Lorsque l’on commence à s’intéresser à quelqu’un, inconsciemment, cette personne envahit vos pensées un peu plus chaque jour jusqu’à ce que nous ressentions une sorte de dépendance à celle-ci. Tout ce qui a un rapport avec elle nous touche profondément, à savoir une exaltation intense lorsque tout va bien et un profond désespoir lorsque quelque chose va mal…
A cause de cette dépendance, être avec cette personne devient un besoin pour nous. C’est le premier stade que nous allons tout simplement appeler « le désir ».

D’une manière plus primaire, nous pourrions appeler ce premier stade : le désir d’accouplement, voire de reproduction, ou comme le disait W.H. Auden « une terrible démangeaison neurale » comme ce qui se passe lorsque nous avons faim ou soif.
Même lorsque la connexion entre deux personnes semble commencer de manière plus spirituelle ou cérébrale et non sexuelle, il y dès les premiers instants, cette envie de contact physique comme de se blottir dans les bras de l’autre, de lui tenir la main… Nous avons déjà là, les premiers signes du désir : un désir physique.
Il ne s’agit pas de faits qui relèvent du destin ou autres croyances de ce genre mais bel et bien d’une envie, voire de besoin purement physique.

Beaucoup vont sûrement réfuter cette affirmation, notamment ceux qui ont fait la connaissance de leur âme sœur sur des sites de rencontres, mais pourtant, ce désir qui est l’expression d’une attraction physique et qui peut entraîner des sentiments amoureux, résulte d’une forte activité d’une des parties du cerveau qui, a le même effet sur nous qu’un snif de cocaïne.

Le deuxième stade : L’amour

Une fois que ce désir se voit assouvi, en général, une suite d’événements va se succéder pour faire naître le sentiment amoureux.
Ce que l’on ressent pour la personne prend une nouvelle dimension.
C’est le deuxième stade que nous allons simplement appeler : l’amour.

L’amour n’est pas une émotion, ni une série d’émotions. L’amour est un besoin intense d’être avec une personne, pas simplement sexuellement mais surtout émotionnellement. Quand le désir se résume à ce besoin de partager le même lit, l’amour veut que cette personne vous appelle, vous invite à sortir, tout simplement à passer plus de temps ensemble et partager des moments intenses en dehors des émois sous la couette…

Vous avez envie de tout cela mais le désir, lui-aussi, a changé. Vous devenez plus possessif sexuellement car ces moments ne se résument plus à assouvir un besoin mais à marquer une appartenance, un lien plus fort entre vous et votre partenaire.
Quand il s’agissait de « coup d’un soir » comme nous l’appelons aujourd’hui, l’un comme l’autre de moque de savoir avec qui son partenaire va passer la nuit suivante car il n’y a pas de sentiment.

Le troisième et dernier stade : L’attachement

Enfin, nous avons le dernier stade que nous allons appeler : l’attachement.
Le sentiment amoureux, une fois installée, va peu à peu nous conduire à la recherche de cette sensation de calme et de sécurité que l’on ressent pour un partenaire de long terme.

Plus de recherche effrénée d’assouvissement et de gratification sexuelle, mais d’une relation plus stable et plus constructive car grâce aux sentiments amoureux et le temps, tout cela a laissé place à un besoin différent : avoir des enfants, fonder une famille…

La femme et le monde du travail : Le début des changements

Beaucoup de facteurs peuvent influer sur ces trois stades, notamment le retour de la femme dans le monde du travail. Pourquoi retour ? Tout simplement parce qu’avant cette nouvelle tendance il y a un peu plus de 25 ans, la femme avait déjà largement intégré le monde du travail.

En effet, dans beaucoup de tribus africaines, il y a des milliers d’années, les femmes se déplaçaient pour récolter des légumes, et cela équivalait à 60, voire 80% du repas du soir. Grâce à cela, elles avaient une valeur forte sur le plan économique, social et sexuel, le double revenu par foyer étant devenu le modèle standard.
Malheureusement, suite à l’invention de la charrue, les femmes perdirent cette place et le fossé entre les hommes et les femmes a commencé à se creuser.

Aujourd’hui, elles sont réapparues dans le monde du travail et cela est en train de perturber les tendances et les mœurs car au fond, même si nous avons pas mal de points communs, l’homme et la femme sont définitivement deux « espèces » différentes, sur le plan cérébral !
Pour illustrer cette différence, nous allons citer Ted Hugues qui disait : « Nous sommes comme deux pieds. Nous avons besoin l’un de l’autre pour avancer. »

L’homme et la femme : Des capacités et des atouts différents

De toutes cette panoplie de différences, il y a le sexe, mais aussi l’amour.

La femme a, pour commencer, cette incroyable capacité à s’exprimer, à trouver les mots car rappelons-nous que depuis toujours, les mots étaient les outils des femmes et cela leur a conféré un pouvoir considérable.

Les femmes d’aujourd’hui ne se cantonnent plus aux tâches de la maison et ne se limitent pas dans des domaines précis du travail mais touchent à tout, même au journalisme ou encore à la politique et cela a indéniablement changé la face du monde. Et ce changement va continuer à évoluer car les femmes qui sont dotées de cette incroyable capacité à s’exprimer et à négocier ont aujourd’hui un impact vraiment important dans le monde. Nous n’allons citer que Michelle Obama, Beyoncé ou encore Angela Merkel…

Tout cela, les femmes le doivent, en grande partie à leur cerveau car les éléments cérébraux féminins sont mieux connectés, ce qui leur permet de collecter plus de données et à les analyser de manière plus complexe : c’est la pensée en réseau.
Les hommes, eux, ont plus tendance à se débarrasser de tout ce qu’ils considèrent comme ne concernant pas leur matière de réflexion car leurs pensées ne partent pas dans tous les sens comme pour les femmes mais se concentre en une seule direction et avancent étape par étape.

Ces deux types de réflexion sont efficaces car les talents de chacun peuvent être mis à profit, mais c’est aussi une des raisons de la percée des femmes dans le monde professionnel.

Les femmes, la sexualité et le divorce

En effet, cette progression de la femme sur le marché du travail a un impact certain sur la sexualité, l’amour et la vie de famille.
Si nous prenons le cas de la sexualité par exemple, les femmes sont plus ouvertes et arrivent à mieux exprimer leur sexualité.

Dans le monde occidental notamment, les jeunes filles sont sexuellement actives de plus en plus tôt, ont plus de partenaires sexuels, se marient plus tard, ont moins d’enfants, quittent un mauvais mariage pour en trouver mieux…et ce sont ces tendances qui conduisent peu à peu vers une égalité des sexes et ce que l’on appelle aujourd’hui le « mariage symétrique ».

Suite à toutes ces évolutions, les sondages ont aussi montré que de nos jours, les hommes comme les femmes sont plus en quête de l’amour.
En effet, l’un et l’autre ne se marie plus que lorsqu’ils sont « amoureux » et cela devrait mener vers un mariage plus solide.

La deuxième raison pour laquelle le mariage devrait fonctionner et durer plus que jamais est le vieillissement de la population car les études ont clairement montré que plus nous vieillissons, moins nous avons de chance de divorcer.
Pour toutes ces raisons, en plus du fait que les femmes n’ont jamais été aussi intéressantes que ces dernières années.

Allons-nous vers une disparition de l’amour ?

Pour en revenir aux trois stades d’une relation que nous avons mentionnés plus haut, malheureusement, il ne se combinent pas forcément.
Bien entendu, ils peuvent très bien se combiner mais ce n’est pas forcément le cas.

Au cours de l’orgasme par exemple, il y a un pic de dopamine, qui est associée à l’amour, qui se produit et de ce fait, nous avons de bonnes chances de tomber amoureux à ce moment-là, même si, à la base, cette personne est un partenaire occasionnel.
C’est pareil pour l’attachement car avec l’orgasme, nous avons une montée d’ocytocine et de vasopressine qui eux sont associés à l’attachement.

Ainsi, nous pouvons très bien ressentir un profond attachement pour notre partenaire de long terme en étant profondément amoureux d’une autre personne, mais aussi en ressentant une grande attirance sexuelle pour d’autres personnes…
Lorsque nous prenons des anti-dépresseurs à base de sérotonine par exemple, nous coupons le circuit de dopamine qui, comme nous l’avons vu, est associé à l’amour.

Pour les patients qui sont dans une grande détresse émotionnelle, cette prise occasionnelle soulage et les aident beaucoup à court terme mais lorsque la période est trop longue, le besoin sexuel s’en voit effacé et l’orgasme s’en voit affecté, voir annihilé.
Et une fois l’orgasme annihilé, l’attachement aussi disparaît…et ainsi l’amour finira lui aussi par disparaître.

Se laisser guider par ses sentiments

Nous sommes des êtres programmés pour nous reproduire et non pas pour être heureux, et c’est pour cela sans doute que l’expression « trouver le bonheur » a été créé.
Notre bonheur, c’est à nous et nous seul de le trouver, de le fabriquer !

Nous tombons amoureux pour un tas de raisons et souvent, le sentiment amoureux surgit suite à un enchaînement d’événements ou le timing, la proximité et le mystère sont importants, mais aussi notre vécu et ce que nous partageons avec quelqu’un. Tout cela nous guide vers « cette personne » dont nous allons tomber amoureux.

Le plus important à retenir est : laissons-nous guider par le courant et tous ces flux de sentiments qui nous envahissent. Et une fois que nous nous laisserons porter par les vagues, construisons notre propre bonheur car nous en sommes les acteurs mais aussi les auteurs !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

 

Partagez cet article !