Cette certitude vient évidement de vous-même et seule vous pouvez décréter ou non que vous êtes en train de tomber amoureuse.

Néanmoins, des études ont été menées pour que vous puissiez plus aisément dénouer ce qui relève d’une attraction passagère ou d’une véritable étape sur le chemin de l’amour. Ce qui rend si délicate la compréhension de ce qui vous agite lors de cette phase de rapprochement avec un homme, c’est la quantité d’espoirs et de méfiances que cela réveille en vous. Se calquant à vos ressentis présents, s’ajoute le souvenir des multiples expériences, positives et douloureuses, vécues dans le domaine des relations amoureuses. Cette  somme compacte d’informations, transmises par le biais de la pensée, des sentiments, des émotions, des ressentis et autres intuitions, a de quoi déboussoler.
Pour vous aider à y voir plus clair, je me baserai sur de nombreuses études effectuées sur le sujet, et notamment celle de Arthur et Elaine Nancy Aron, intitulée « Falling in love: Prospective studies of self-concept change ».

 

Quelle est l’intensité de vos émotions ?

A quelle vitesse bat votre cœur lorsque vous êtes au contact de cet homme ? Avez-vous du mal à vous exprimer clairement ? Vous balbutiez fréquemment ? Vous faites des gaffes que vous ne feriez pas en temps normal ?

Lorsque l’on tombe amoureux, l’idée de vouloir plaire s’impose à chacun de vos gestes et paroles. On parle plus vite que d’habitude, on rit de façon nerveuse et parfois démesurée. Il semble que l’amour nous fasse concrètement perdre nos moyens en nous privant du contrôle que nous avons habituellement sur nous-même.
Physiquement, les pulsations de votre cœur s’accélèrent, entraînant une élévation notable de la chaleur dans vos mains, sur vos joues et votre front.
Sur le plan émotionnel, vos nerfs, ainsi que votre sensibilité, sont à vifs. Les émotions qui vous traversent décuplent en termes de puissance, ce qui peut notamment entraîner des douleurs et des blocages au niveau du ventre (siège des émotions). Les doutes, les joies, l’enthousiasme et les craintes vous parviennent par wagons, impossibles à dévier. L’intensité de l’instant devient telle que vous n’avez d’autres choix que celui de réintégrer le présent et de prendre les événements comme ils viennent. Imaginer l’avenir apparaît alors comme un exercice périlleux, instable et épuisant.

Enfin, lorsque l’amour flotte dans l’air, les yeux de votre partenaire deviennent un objet d’attraction surprenant. Le regard, qu’on y résiste ou qu’on y succombe, se mue en élément majeur de la rencontre, révélant ce que les gestes et les paroles n’ont pu formuler. On y lit notamment l’attention soutenue du désir ou le désintérêt flagrant. A chaque étape de votre couple, si le doute vous saisit, fiez-vous donc d’abord au flux d’émotions qui vous parcourt avant d’interroger votre raison.

 

Cette relation apporte-t-elle du neuf dans votre vie ?

Une série d’études souligne qu’une personne en train de tomber amoureuse modifie notablement ses habitudes ainsi que les activités auxquelles elle s’adonne en temps normal (Aron, Paris, & Aron, 1995). Au contact de la personne avec qui elle amorce une relation, elle s’imprègne de son univers et goûté à ce qui le compose. Nouveaux styles musicaux, nouvelles activités sportives, nouveaux endroits où sortir le soir, etc…Deux amants désireux, l’un et l’autre, de découvrir et d’adopter les goûts et pratiques de chacun, démontrent une entière volonté d’engagement et de partage qui signe les bases d’une véritable histoire d’amour. A l’inverse, si vous rechigniez à modifier ou simplement adapter vos habitudes à la personne qui vient d’entrer dans votre vie, l’élément « Partage », sans lequel la notion d’histoire d’amour est inenvisageable, pourrait faire défaut à votre couple. L’envie de s’imprégner des goûts et couleurs composant l’univers de votre conjoint se réveille d’elle-même, et il n’y aurait donc aucun sens à « se forcer » dans l’espoir de voir votre relation aboutir à un amour véritable.

 

Etes-vous particulièrement stressée en ce moment ?

Une étude menée par Marazziti et Canale et publiée en 2004, démontre le lien existant entre le fait de tomber amoureuse et la montée drastique du taux de cortisol, une hormone sécrétée lorsque le corps est sujet à un stress important. Ce stress né notamment des incessants doutes et questionnements qui nous saisissent lorsque nous sommes en train de tomber amoureux.

Toutes ces interrogations gravitent généralement autour d’une seule et même question : « Est-ce que je lui plait vraiment ? ». Celle-ci prouve que la relation vous importe, qu’elle est devenue un enjeu majeur de votre vie et que vous y  investissez donc déjà une importante quantité d’énergie.

 

Le seul juge est intérieur

Notre société s’est construite sur un système de récompenses et de punitions que nous nous imposons inconsciemment avec une sévérité parfois démesurée. On s’accorde par exemple un moment de répit lorsqu’on considère avoir fourni un effort suffisant. « Je l’ai bien mérité » est une justification que beaucoup donnent lorsqu’on les prend en flagrant délit de bonheur. Quelqu’un qui s’offre la voiture de ses rêves devra souligner qu’il a travaillé dur pour l’obtenir.
De même, ceux qui vivent dans un lieu paradisiaque, se sentiront obligés de détailler les sacrifices qu’ils ont dû endurer pour en arriver là. Bref, une logique héritée de notre envie et du passé, nous pousse à n’accepter d’être bien et heureux qu’après avoir raisonnablement souffert. On devra ensuite apporter les preuves que nous n’avons pas volé ce bonheur à qui que ce soit.

Ce jeu de dupe se déroule évidemment en grande partie dans l’inconscient collectif.  Le fonctionnement naturel de l’humain lui, ne reconnait pas cette vision simpliste et enfantine. Il ne fait que réagir aux soubresauts de notre système de croyance pour les créer et nous les faire vivre. Vous pensez que dans la vie tout est disponible et qu’il n’y a plus qu’à se servir ? Vous en ferez l’expérience. Vous-êtes convaincu que la vie n’est que souffrance, batailles et humiliations ? Bienvenue en enfer. Ce point capital lié fera également l’objet d’un article futur afin d’être éclairci.

 

Etes-vous tentée de dire « Je t’aime »

C’est là l’indication la plus évidente qui vous permettra d’éclaircir vos sentiments vis-à-vis de votre partenaire. Posez-vous régulièrement cette question toute simple : Qu’est-ce que je ressens pour lui ?

Les réponses varieront au fil des jours et de la progression de votre relation. Je le trouve charmant, j’ai envie de lui, je me sens en sécurité près de lui, je veux que nous partagions plus de choses ensemble, etc…Ce questionnement systématique vous permettra de plonger plus profondément dans vos ressentis. Au fur et à mesure, les fioritures disparaîtront, et la différence entre désirer et aimer vous apparaîtra avec clarté. Si le désir est bien sûr un élément composant ce qu’on appelle l’amour, lorsqu’il est isolé de celui-ci, il peut être assouvi en une nuit. L’amour, lui, peut durer une vie. Celui-ci transcende le désir physique et diffuse la notion de jouissance à chaque aspect de la découverte de l’autre.

 

Votre partenaire partage-t-il les mêmes sentiments que vous ?

Cette étape est bien évidemment essentielle. Si vous êtes une femme, vous serez certainement positivement intéressée par les travaux de Sanz Cruzes qui s’est aperçu que celles-ci voyaient plus souvent leurs partenaires répondre à leurs attentes que les hommes.
Ces derniers sont plus touchés par la douleur d’entretenir des sentiments à l’égard d’une femme, sans que ceux-ci soient réciproques. Il ne tient qu’à vous de déduire les raisons de cet écart, mais il semblerait qu’elles soient dues à la prudence des femmes lorsqu’elles abordent une relation, à la distance raisonnable qu’elles entretiennent vis-à-vis de leurs émotions ainsi qu’à leur propension à vouloir être sûres de leur choix avant de s’engager pleinement dans une nouvelle histoire.

Cela étant dit, il est important de s’assurer que vous et l’homme avec qui vous entretenez une relation soyez sur la même longueur d’onde. Vous trouverez donc intéressant d’appliquer les étapes décrites précédemment à votre partenaire : Semble-t-il stressé, change-t-il ses habitudes ? Avec quelle intensité porte-t-il son regard  sur vous ? Vous dit-il « Je t’aime », ou semble-t-il essayer de de le dire ? L’amour est un appel intérieur vibrant dans le corps tout entier. Des considérations telles que « Il est trop grand », « trop gros », « trop vieux » , ou autres, lui sont tout à fait étrangères.

L’amour n’est pas le produit d’une réflexion raisonnable mais d’une attraction totale, insondable et mystérieuse. Tenter d’expliquer vos émotions, de les rationaliser ou de les faire correspondre à vos schémas de pensées est parfaitement vain et dénote d’une volonté de contrôle de vos émotions. On n’explique pas l’amour, on le vit. Si vous souhaitez, en guise de dernière étape, être certaine d’être amoureuse, posez cette question à votre corps : « Suis-je amoureuse ? ».  Réagit-t-il en imprimant un doux sourire sur votre visage ? Est-ce le calme plat ? Une chaude palpitation vous envahit-elle ? L’angoisse d’être à l’aube d’un grand changement ? Votre corps possède certaines réponses, il suffit de lui demander, de l’écouter, puis de vous lancer.

 

Références : 1-Aron, A., Paris, M., & Aron, E. N. (1995). Falling in love: Prospective studies of self-concept change. Journal of Personality and Social Psychology, 69(6), 110-1112. 2-Marazziti, D., & Canale, D. (2004). Hormonal changes when falling in love. Psychoneuroendocrinology, 29(7), 931-9 3-Cruces, J. M. S., Hawrylak, M. F., & Delegido, A. B. (2015). Interpersonal Variability of the Experience of Falling in Love. International Journal of Psychology and Psychological Therapy, 15(1), 87-100. 

 

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

Partagez cet article !